AU MEUTRE

Un train TER assurant la liaison entre Lyon et Paray-Le-Monial pénètre à vive allure dans la boucle souterraine de Saint Nizier d’Azergues le 9 octobre 2018. Un chef d’oeuvre du génie civil tracé par des géomètres virtuoses en 1895 pour traverser les montagnes du Beaujolais. Aujourd’hui, cette ligne secondaire, comme 55 autres, est menacée de mort par le rapport que Jean Cyril Spinetta a remis au Premier ministre en février 2018.

On marche sur la tête. Alors que tous les clignotants sont au rouge sur l’accélération des dérèglements climatiques qui menacent notre humanité, l’État va se priver, une nouvelle fois, d’un outil de transport de masse efficace en terme d’émission de CO2. On peut faire confiance à Laurent Wauquiez, Président de la Région, pour suivre sans tarder ces recommandations mortifères. Alors que nous devrions être en état de guerre totale contre le carbone, cet homme du passé persiste à vouloir doubler l’A47 entre Lyon et Saint Étienne par une deuxième autoroute, l’A45.

Les observateurs auront remarqué sur ma photo que cette ligne comportait deux voies sur toute sa longueur. La deuxième a été démontée en 1995.

Un jour, les survivants du grand effondrement climatique que nous mitonne le monde marchand et ses actionnaires-prédateurs, avec la complicité active du gang des costards-cravates, se poseront la bonne question. Pourquoi cette deuxième voie (comme des centaines d’autres également démontées sur des milliers de kilomètres) n’a-t-elle pas été transformée en autoroute pour wagons de marchandises ? Pour rappel, les 60 000 km du réseau ferroviaire de 1913, une fois modernisées, nous auraient permis de vivre sans les 300 000 camions qui massacrent tous les jours notre beau pays et l’air que nous respirons.

Comme le dit si bien Jean Cyril Spinetta en page 16 de son funeste rapport :

– Un voyageur en TGV émet cinquante fois moins de CO2 par kilomètre parcouru qu’en voiture, vingt-cinq fois moins qu’en covoiturage, et huit fois moins qu’en bus

– Un voyage en Transilien émet vingt-cinq fois moins de CO2/km qu’en voiture

– Un train de fret émet dix fois moins de CO2 par km que le nombre de poids lourds nécessaires pour transporter la même quantité de marchandises

Allez comprendre ?