URANIUM : LE SCANDALE DE LA FRANCE CONTAMINÉE, suite

Uranium, le scandale de la France contaminee

12 octobre 2016 : Chantier de réfection d’une cour de ferme contaminée depuis 40 ans. Décapage de remblais provenant de la mine d’uranium de Saint-Priest-la-Prugne et remblayage avec des matériaux sains. Travaux commandés par le service « Après Mines » d’AREVA (budget de fonctionnement du dit service : 1 million d’euros par mois)

De1946 à 2001, répartis sur 25 départements, 210 mines ont été creusées pour extraire de l’uranium. Cette industrie « prioritaire » qui souhaitait rester « discrète » pour cause de « raison d’État » fournissait les éléments nécessaires à la fabrication des bombes nucléaires ainsi que le combustible brulé dans les réacteurs des centrales pour produire de l’électricité. Huit usines de traitement ont été construites et quinze sites de stockage aménagés pour gérer des montagnes de déchets. Les chiffres communiqués par l’IRSN, l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire, sont impressionnants : en cinquante ans, 200 millions de tonnes de roches ont été remontées à la surface pour permettre l’extraction de 52 millions de tonnes de minerais qui ont produit 76 000 tonnes d’uranium.

Cette industrie minière, après avoir brisé la barrière géologique qui nous protégeait, a abandonné d’importantes quantités d’éléments radioactifs qui sont depuis exposés au vent et à la pluie. La demi-vie de l’isotope U 238 étant de 4,5 milliards d’années (l’âge de notre planète), le temps qui passe ne réduira pas ce nouveau risque environnemental. Erreur historique, par ignorance des possibles dangers sanitaires qu’ils représentaient, ces résidus miniers ont fréquemment été réutilisés comme remblais gratuits pour construire des routes, des cours d’école, des stades, des hôtels, des entreprises, des campings, des parcours de santé, des maisons… Des lieux où aujourd’hui se déclenchent les alarmes sonores des compteurs Geiger, des lieux où il ne fait pas bon vivre.

Depuis 2001, pour des raisons économiques, toutes les mines et leurs usines de traitement sont fermées. L’uranium utilisé en France vient maintenant du Niger et du Canada. Ces importations mettent fin au rêve d’une indépendance énergétique nationale.

Après les fermetures, les travailleurs ont non seulement compris qu’ils avaient perdu leurs emplois, mais que beaucoup déjà avaient commencé à perdre leur santé. Nombreux en effet sont les employés qui ont respiré « les mauvaises poussières » au « mauvais endroit » pendant « trop longtemps ». Les archives médicales tiennent la macabre comptabilité des décès liés à des cancers chez ces « sacrifiés de l’atome ». Aujourd’hui, les populations concernées se sentent oubliées face à cet héritage industriel. Certaines maisons contaminées sont invendables et pour leurs malheureux propriétaires, les fruits d’une vie de labeur se sont économiquement évaporés. L’Organisation mondiale de la santé a régulièrement révisé ses normes depuis cinquante ans. Les scientifiques ne peuvent pas garantir que ce qui est, aujourd’hui, considéré comme une exposition « acceptable » à un faible niveau de radioactivité ne sera pas classé comme « dangereux » demain. L’alimentation en eau de la ville de Limoges (140 000 habitants) a déjà été contaminée et temporairement nettoyée avec des mesures non pérennes. L’eau contaminée qui ruisselle vers la mer ne connait pas de frontières, mais il n’est pas envisagé, pour l’instant, de redescendre au fond des mines ces millions de tonnes de résidus.